Les orientations pédagogiques

Nous sommes particulièrement attentifs à ce qu’à l’issue d’un cycle complet, chaque enfant ait la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture en vigueur. Ces acquisitions se feront à travers l’utilisation de différentes pédagogies, en accord avec les valeurs fondatrices et statutaires de l’association, d’une part et dans le respect du besoin, de la période sensible et du rythme de chaque enfant d’autre part.

 

Le contenu du socle commun de connaissances, de compétences et de culture n’est pas forcément abordé dans l’ordre habituel, puisque fonction des périodes sensibles et des projets mis en œuvre par et avec les enfants.

Un projet en appui sur les valeurs de l’association

Six valeurs sont au centre des pratiques pédagogiques :

  • La bienveillance : elle se pratique au quotidien par le respect de la dignité de chacun (enfants et adultes), l’accompagnement sans jugement de valeurs, sans récompense ni punition, dans le respect du rythme d’apprentissage et des périodes sensibles de l’enfant, des différentes intelligences définies par Howard Gardner.
  • L’autonomie : au quotidien, l’enfant travaille son autonomie en choisissant ses activités, guidé et observé par les enseignant.e.s et éducateurs.trices. L’enfant a des responsabilités définies en fonction de ses capacités, ce qui lui permet un apprentissage de la vie en société progressif.
  • La coopération : des situations pratiques de coopération sont régulièrement proposées, selon l’âge des enfants. L’enfant est le partenaire de la formation des autres enfants à travers l’entraide mais aussi via le partage de ses propres stratégies d’apprentissage.
  • L’ouverture : L’ouverture s’appuie sur la curiosité naturelle de l’enfant.  Pour lui permettre de découvrir la différence, des échanges avec d’autres enfants, dans des structures alternatives françaises et dans le monde, sont favorisés. L’ouverture sur le territoire local est également mis en oeuvre, par l’exploration de l’environnement proche (parcs, forêts, musées, etc.).
  • L’égalité entre tou.te.s : les règles de vie en communauté sont clairement définies, annoncées et affichées. Elles sont applicables à l’ensemble des membres de l’école : enfants, éducateurs.trices, enseignant.e.s, personnel administratif et l’ensemble des personnes ayant à intervenir sur le site.
  • La transparence :
    • Du point de vue des enfants : un temps de réflexion sur la vie collective, accompagné par les enseignant.e.s et éducateurs.trices permet d’apprendre à gérer des conflits, à savoir exprimer ses émotions et ses besoins, à moduler ou compléter les règles de vie si nécessaire.
    • Du point de vue de l’équipe éducative : des séquences régulières de supervision sont prévues, pour échanger sur l’accompagnement des enfants.

L’enfant travaille ainsi, par la mise en pratique quotidienne des valeurs de l’association et des familles qui y adhérent, à l’acquisition de l’ensemble du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Un projet en appui sur différentes pédagogies

L’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture passe également par l’utilisation de différentes pédagogies. L’association s’autorise à avoir recours à toute pédagogie novatrice, s’il est estimé qu’elle peut être utile à l’enfant dans son acquisition du socle. Les principales pédagogies utilisées sont ci-après présentées :

La pédagogie Montessori

Cette pédagogie constitue une aide à la vie : l’enfant est accompagné vers son autonomie, dans sa capacité à faire des choix, et dans sa prise progressive de responsabilités. Son objectif est de permettre à l’enfant de se révéler tel qu’il est et d’apprendre à exploiter le meilleur de son potentiel :

  • En l’accompagnant dans son évolution naturelle vers l’autonomie.
  • Sans mise en concurrence ni comparaison des enfants entre eux.
  • En l’absence de punition et de récompense, pour lui permettre de trouver ses motivations propres, et de comprendre qu’il travaille pour lui-même et non pour satisfaire les adultes.
  • En lui accordant la liberté de choix et d’action qui l’amène vers l’autodiscipline, tout en respectant l’activité des autres enfants.
  • En travaillant dans le concret : avec les différents matériels sensoriels l’enfant travaille avec ses cinq sens afin de favoriser les apprentissages et la compréhension.
  • En travaillant dans le mouvement : ce qui lui permet d’ancrer ses acquisitions dans son corps. Les différentes notions sont abordées et vécues dans le concret, avant que l’abstraction ne soit proposée.
  • En appui sur un support pédagogique construit de manière à isoler les difficultés. Ainsi l’enfant peut progresser sans se décourager.

 

Pédagogie Steiner

L’association Les Roseaux se propose d’utiliser certains des principes de la pédagogie Rudolf Steiner pour les enfants de moins de 7 ans essentiellement, néanmoins certains aspects pourront également servir à l’enseignement des classes élémentaires : peinture, théâtre, eurythmie, sport, etc.

Pour les enfants de maternelle, le postulat de base est le suivant :

  • Pour nous, adultes, l’ordre dans lequel se succèdent les facultés humaines, en vue d’une action est 1) pensée, 2) sentiment pour aboutir à 3) activité volontaire.

 

  • Chez le petit enfant (on parle ici d’enfants de moins de 7 ans) ces facultés interviennent dans l’ordre inverse. L’enfant réalise une action (1), de cette action résulte un sentiment (2), de là naît l’intérêt conscient pour l’acte accompli, apparition de questions et finalement représentations et notions (3).

 

Dans cette pédagogie également, l’éducateur est soucieux d’éviter toute intervention qui puisse entraver l’épanouissement naturel de l’enfant et chaque enfant évolue à son propre rythme. Il guide l’enfant par les instruments appropriés que sont l’exemple et l’imitation.

De façon pratique, ce qui est retenu dans cette pédagogie est :

  • Le rythme de la journée, de la semaine, des saisons et des fêtes, structure et rassure l’enfant. Ces rythmes permettent à l’enfant de commencer à appréhender l’espace temps.
  • Les activités hebdomadaires régulières telles que la préparation du pain, la cuisine, le dessin, l’aquarelle, le modelage, les travaux manuels lui permettent d’entrer dans la matière, ses formes, ses couleurs, ses saveurs, etc. Ces activités ne sont pas imposées, l’éducateur guidera l’enfant par l’exemple.
  • L’alternance entre jeu libre et activités dirigées (en intérieur comme en extérieur), entre mouvement et calme, permet à l’enfant de trouver son centre.
  • Chants, rondes et comptines lui permettent de savourer notre langue et de «compter » avec tout son corps.
  • Les histoires racontées développent ses capacités imaginatives et apportent des messages de valeurs humaines.
  • Les activités physiques : promenades collectives, sport et eurythmie permettent à l’enfant de prendre conscience de son corps et de son environnement.

Ainsi, la pédagogie Steiner cherche à développer et soutenir le côté imaginaire, abstrait et artistique de l’enfant.

Pédagogie Freinet

Cette pédagogie souligne l’ ‘’expérimentation’’ comme le mode naturel d’apprentissage de l’enfant : essayer, se tromper, réessayer pour apprendre. Cette expérimentation représente une vraie mise en situation à travers des projets concrets qui font sens pour l’enfant, en s’impliquant dans des projets au quotidien :  faire la cuisine, organiser une sortie au musée par exemple, qui vont lui permettre de développer différentes compétences en mathématiques, langues, histoire, géographie, etc.

 

Une mise en pratique concrète par les enfants pourra être de préparer une sortie au musée, ce qui nécessite de mettre en œuvre les compétences suivantes :

  • rechercher les informations (adresse, prix, contact..),
  • calculer le coût de la sortie,
  • organiser le transport,
  • téléphoner ou écrire pour réserver,
  • écrire aux parents pour prévenir de la sortie,
  • calculer et faire le nombre de sandwichs…

 

Dans la plupart des cas, les projets sont menés à plusieurs. Les enfants sont donc amenés à coopérer, prendre des décisions collectives, répartir des tâches, s’entraider… Mais ces projets les amènent aussi à s’observer mutuellement, pour se rendre compte de leurs différences de fonctionnement dans la réalisation des tâches, de l’expression de leurs besoins et de leurs stratégies d’apprentissage.

 

Le temps du repas est aussi un temps convivial de collaboration et d’échange (mettre la table, servir et débarrasser la table, balayer après le repas, mais aussi écouter les autres, participer à la conversation, moduler sa voix).

 

Une bibliothèque sera mise à disposition des enfants, en accès libre et permanent.